Lydienne YEN EYOUM décorée par l’UIA pour sa lutte contre la Détention Arbitraire

L'UIA m'a remis une médaille en l'honneur de Lydienne, afin qu'elle aussi soit récompensée pour sa lutte dans notre combat commun : la détention arbitraire.

Le 30 octobre 2015, l’Union Internationale des Avocats (UIA), qui fédère 5 millions d’avocats, me remettait sa médaille lors de son 59ème Congrès annuel, à Valence, en Espagne.

Michel UIA

Cependant, je n’ai pas été le seul à recevoir une médaille lors de ce week-end. L’UIA a également récompensé le Groupe de Travail contre la Détention Arbitraire de l’ONU et le Député Olivier FALORNI pour leur engagement à mes côtés.

Et lors de ce moment solennel, c’est aussi vers l’avocate française Lydienne YEN EYOUM, toujours détenue au Cameroun, au fond de sa cellule de la Prison centrale de Kondengui, que nos esprits étaient tournées.

Lydienne YEN EYOUM a été condamnée à 25 ans de prison en septembre 2014 par le Tribunal Criminel Spécial, une juridiction extraordinaire, officiellement créée par le Président Paul BIYA pour « lutter contre la corruption ».

Ses avocats français ont engagé une procédure en France pour « détention arbitraire, torture et actes de barbarie ». En avril 2015, le Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire de l’ONU a jugé arbitraire sa détention. Aucune notification des motifs de l’arrestation n’a été faite et la détention provisoire a dépassé les délais légaux.

L’UIA m’a donc remis une médaille en l’honneur de Lydienne, afin qu’elle aussi soit récompensée pour sa lutte dans notre combat commun : la détention arbitraire.

Grâce aux membres de mon Comité de soutien, nous sommes fiers de vous annoncer aujourd’hui que nous avons réussi à faire parvenir à Lydienne sa distinction, en prison. Une lueur d’espoir, encore fragile, mais que nous ferons tout pour faire grandir !

Lydienne Yen Ayoum UIA

Lydienne Yen-Eyoum arborant la médaille de l’Union Internationale des Avocats. Cette victoire est certes symbolique mais je suis bien placé pour savoir que dans ce type de situation la plus petite des avançées compte.

Nous pensons tous à toi Lydienne et prions pour que nos efforts ne soient pas vains.