Le Quotidien – Détenu «arbitrairement» au Cameroun avant d’être libéré : Michel-Thierry Atangana ne lâche pas l’affaire

Atangana le quotidienDans le cadre d’une conférence ministérielle sur le renforcement de l’Etat de droit et de lutte contre la corruption en Afrique, le Français Michel-Thierry Atangana s’est une nouvelle fois exprimé depuis Dakar pour solliciter l’organisation et la tenue d’une conférence portant sur la détention arbitraire et l’impact des décisions des Nations-Unies pour lutter contre toutes les formes d’instrumentalisation des systèmes judiciaires.

En mars dernier, il lançait avec son association, l’Aacoa (l’Association Atangana contre l’oppression et l’arbitraire), «l’Appel de Dakar» pour œuvrer contre la détention arbitraire afin de mettre fin aux violences faites à des personnes broyées par des systèmes judiciaires aux ordres de l’Exécutif. Depuis, il poursuit le combat en homme libre et dans son allocution prononcée hier dans le cadre d’une Conférence ministérielle sur le renforcement de l’Etat de droit et de lutte contre la corruption en Afrique, il estime que le Cameroun lui est redevable de «l’ouverture d’une enquête sur les faits et la sanction des personnes responsables de ma privation de liberté» ainsi que «du versement d’une indemnisation pour les préjudices causés par la privation de liberté depuis le 12 mai 1997 jusqu’à ma libération». 

En vertu de l’avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations-Unies, le Français d’origine camerounaise en appelle au système des Nations-Unies, au Qatar, à la France, à la Société civile, aux Ong pour l’organisation et la tenue d’une conférence portant sur la détention arbitraire et l’impact des décisions des Nations-Unies pour lutter contre toutes les formes d’instrumentalisation des systèmes judiciaires. A l’issue de celle-ci, il souhaiterait voir éclore une commission mixte impliquant les Etats, favorisant un cadre pacifique et légal : «Cette jurisprudence deviendrait ainsi un cadre efficace pour les défenseurs des droits de l’Homme, du respect de la dignité humaine.»
L’histoire judiciaire de Michel Atangana remonte au 12 mai 1997 quand des agents de sécurité camerounais l’ont appréhendé et l’ont placé en isolement dans une cellule en sous-sol. Lors de la procédure judiciaire, il fut condamné à 15 ans d’emprisonnement pour détournement de fonds publics présumé. Beaucoup s’accordent sur le fait que son emprisonnement était dû à son soutien à un candidat de l’opposition qui prévoyait de se présenter contre le Président camerounais Paul Biya. En octobre 2012, alors que sa peine initiale devait être révolue depuis deux ans et bien que toujours emprisonné de manière illégale, un nouveau jugement, portant sur les mêmes accusations, le condamna à nouveau à 20 ans de prison additionnels. M. Atangana fut ainsi emprisonné pendant 17 ans, dont 15 années en isolement cellulaire dans des conditions carcérales mettant sa vie en danger, jusqu’au 18 février 2014 date du décret présidentiel qui le libéra des liens de la détention

Pour lire la suite, cliquez-ici