JEUNE AFRIQUE – Michel Thierry Atangana sur tous les fronts

 

À l’initiative du député français Olivier Falorni (PRG), une demande de commission d’enquête parlementaire doit être déposée à la mi-février concernant Thierry Michel Atangana, ce Franco-Camerounais emprisonné pendant dix-sept ans dans son pays natal (il fêtera le 24 février les deux ans de sa libération).

Seize signatures de parlementaires sur les trente requises pour la prise en compte de la demande ont été recueillies. Le cap devrait être rapidement franchi grâce notamment au lobbying de l’avocat William Bourdon. Jean-Yves Leconte (PS) s’apprête quant à lui à déposer auprès de la Commission des lois du Sénat une proposition de création d’un bureau d’accompagnement des Français arbitrairement détenus à l’étranger. Enfin, Atangana est convoqué le 1er mars par la juge Sabine Kheris en qualité de partie civile dans le cadre de sa plainte pour séquestration arbitraire.

Pour lire la suite, cliquez-ici

Je souhaite préciser que la plainte évoquée dans cet article est instruite depuis 2009 et que Madame la Juge fait suite à la demande de la Cour de Cassation en date du 17 juin 2014 qui a ordonné cette procédure. 

Cette démarche représente pour moi une nouvelle occasion de mettre en avant l’Avis n°38 2013 du Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire des Nations Unis, auquel je dois ma libération. 

Je suis bien entendu volontaire pour travailler avec nos parlementaires à la création d’un organe visant à renforcer la protection des Français à l’étranger. 

Michel Thierry Atangana